Navalon de tentadeo

Navalon de tentadeo
Navalon de tentadero. Photo de Carmen Esteban avec sa permission

lundi 24 juin 2013

Les bas fonds de la corrida à Alicante!


Là, je crois que nous touchons le fond des fonds et des bas fonds.



Grande corrida à Alicante, chez notre Simon. Castella, Perera, Luque toros d'Alcurrucen. Je regarde cela sur mon ordinateur.



Petite moitié d'arène, même pour le commentateur Moles, MierdaToro voit deux tiers ce matin dans sa resena. Tiens tiens !



Premier toro véritablement minuscule, anovillado sans le moindre trapio.430 kgs annoncés je crois . Castella s'ennuie et m'ennuie, comme toujours.



Second toro. Un peu plus lourd. Premier tercio de manso majuscule. Perera décide de NE PAS PIQUER LE TORO. La Présidence accepte. Nul ne peut nier que Perera est un torero en apparence puissant, au moins avec ce genre de toro. Faena longue, digne d'un tentadero. Le toro a du fond, car il n'a pas été piqué du tout.Le public est ravi. Pétition d'oreille. La première est accordée. Suivie d'une forte pétition pour la seconde, oui, on ne rêve pas. Très justement le Président ne l'accorde pas.



Casas se fend d’une intervention indignée, sans doigt d'honneur, parle d'art, de symphonie et je ne sais quoi encore. Lamentable !



Mundotoro a vu une corrida bien présentée, on ne rêve pas, on ne rit pas non plus, et injurie le Président. Combien auront coûté à Casas les deux tiers d'arènes, la revendication de la seconde oreille, la protestation contre le Président, la corrida « bien présentée » et l'oubli évidemment de mentionner que le toro de la super faena de Perera n'a pas été piqué..



Je n'ai même pas regardé Luque jusqu'au bout. Je l'ai trouvé vulgaire et superficiel.



J'ai éteint la télé avant la fin du troisième toro.



On était dans un SIMULACRE de corrida, quelque chose qui ressemblait à un spectacle comico taurin. Comment la corrida pourrait-elle survivre à cela ?

7 commentaires:

El Bison Futé a dit…

Je ne l'avais qu'en fond sonore..et j'ai tenu jusqu'au début du 4ème en regardant quelques images par ci par là
Il a du bide le Simon et parle espagnol avec un accent français je trouve, en tout cas c'est ce que j'ai retenu de cette alicantaniaiserie

Anonyme a dit…

Moi aussi devant l'ordi pour cette corride. J'ai vu, j'ai éteindu et je suis partu.
Le toreo toujours aussi benêt de Castella, la vulgarité indélébile de Luque et l'incompréhensible Perera.
Je lis en ce moment le très très bon livre de JM Mariou "Ce besoin d'Espagne".
C'est triste mais pour ce qui me concerne, j'ai de moins en moins "ce besoin de corridas".
Et c'est grave si j'ai également de moins en moins ce "besoin de rugby" ?
Tu vois, Chulo, ça ne m'étonne pas que le Front Rubytaurin ne marche plus en France...
JLB

Marc Delon a dit…

Au contraire, c'est grâce à ça qu'elle survivra auprès du plus grand nombre une fois que nous autres les emmerdeurs-aficionaodos auront disparu...

Anonyme a dit…

Hé hé...intervention de Marc qui ainsi nue : "Pourquoi ces cons vont-ils encore voir des corridas ?". Depuis quatorze ans qu'il la pose la question... Lisez le donc !
JLB

Marc Delon a dit…

Bon alors pour les mongoliens : que les aficionados critiquent ça leur indiquerait presque la voie suprême à suivre pour les éliminer définitivement et enfin s'adresser au plus grand nombre qui n'entrave que tchi aux raisonnements des ratiocineurs cultivés (alias les aficionados). Eeeeeet dooooooonnnc.... la voie est libre pour qu'elle dure longtemps puisque ainsi dénaturée plus besoin de longue initiation pour la traduire, la naïveté de tous pouvant se satisfaire d'erzats en tout genre au premier abord...

Putain, j'aurais pas aimé être enseignant, moi, qu'est-ce qu'on doit perdre comme temps...

Anonyme a dit…

Il n'est jamais trop tard pour mal faire, Marc : tu pourrais être enseignant aujourd'hui en profitant des 10000 postes que vient de créer Vincent Peillon. C'est marrant, dés que le PS va mal, on injecte de l'enseignant.
JLB

La condesa de Estraza a dit…

Hola, Chulo y demás amigos, feliz verano les deseo por esas tierras, y fresquito, ahora que en este momento Madrid es un horno auténtico.
Chulo: por aquí andamos con el fin de volver a enlazar tu blog en el mio.
Bs. guapo.

La condesa de Estraza