Navalon de tentadeo

Navalon de tentadeo
Navalon de tentadero. Photo de Carmen Esteban avec sa permission

vendredi 10 juin 2011

Angel, mon "hermanito de las Ventas" au gymnase

Notre ami, mon "petit frère de las Ventas", Angel,  le vaillant "coronel", né à deux pas des las Ventas, nous transmet ce texte relatant sa semaine au gymnase. Récent retraîté, son inactivité le conduirait à une surcharge pondérale qu'il pensait éliminer de cette façon. Je vous le soumets donc, espérant qu'il vous plaira autant qu'il m'a plu.



Pour mon  anniversaire, Maria Luisa, ( son épouse, note du traducteur) m'a offert un bon pour une semaine avec un coach dans le gymnase que fréquente Jesus Vazquez. Mon coach, VANESA, s'est avérée être une instructrice d'Aérobic de 26 ans, mannequin spécialisée dans les maillots de bain.

Lundi : j'ai commencé ma journée à 6 heures du matin. Ce fut assez difficile de se lever, mais tout a changé lorsque j'arrivai au gymnase et vis VANESA qui m'attendait. On aurait dit une déesse grecque : grande, blonde, yeux bleus, des seins incroyables, et des lèvres spectaculairement charnues.

VANESA m'a montré les différents appareils et pris le pouls après 5 minutes de bicyclette fixe. Elle s'est alarmée que mon pouls soit si élevé, mais moi j'attribuais cette accélération à son maillot de lycra lui rentrant dans les fesses...Ce fut un vrai plaisir pour moi de la voir donner son cours d'aérobic, à l'issue de ma troublante journée d'exercice. VANESA  me motivait quand je faisais mes flexions, en dépit du fait que mon ventre était déjà douloureux à force de tant le rentrer, (le ventre) chaque fois que la gamine me frôlait....

Mardi : Un double café bien corsé et, au gymnase ! VANESA me fit lever une barre de métal et ensuite elle se risqua à y  ajouter des poids ! Mes jambes étaient un peu moins assurées sur le tapis de marche,  mais j'ai réussi à boucler UN KILOMETRE COMPLEEEEEET ! Le sourire approbateur de VANESSA et son clin d’œil complice faisaient que tout cela en valait la peine....Je me sentais fantastiquement bien !.....c'était une nouvelle vie pour moi.

Mercredi : la seule façon de me laver les dents a été de caler la brosse à dents sur le lavabo et de faire aller la tête des deux côtés au-dessus de l'ustensile. Je crois que j'ai une hernie aux pectoraux.
Conduire ne fut pas non plus si facile : le seul fait de freiner et de tourner le volant me faisait mal jusqu'à la racine des cheveux ; je me suis garé sur une moto....VANESA s'énerva un peu contre moi, considérant que mes hurlements de douleur en soulevant les poids dérangeaient les autres membres du club. Il est vrai que sa voix est un peu aigüe à ces heures matinales et quand elle crie elle devient nasillarde et très désagréable.  Comme je ne pouvais pas courir sur le tapis de marche parce que j'avais mal aux couilles, VANESA me fit faire des « steps », tant et si bien que maintenant j'ai aussi mal au cul. Elle m’a dit que cela m'aiderait à me mettre en forme et à profiter de la vie : une de ses si nombreuses âneries et promesses.

Jeudi : VANESA m'attendait avec ses dents de vampire et son petit sourire en coin de Joker. J'étais arrivé avec une heure de retard : le temps nécessaire pour me chausser. La grande salope m'avait mis à travailler avec les anneaux mais, quand elle eut le dos tourné, je me suis enfui en courant pour me cacher dans les toilettes. Elle a envoyé un autre entraineur me chercher et, en punition, m'a fait travailler sur la machine à ramer et.. j'ai coulé.

Vendredi : Je hais cette fille de pute de Vanessa plus que n'importe quel autre être humain que j'aie pu connaitre. Stupide, anorexique, anémique, salope et décérébrée. Si j'avais une seule partie de mon corps qui pouvait bouger sans provoquer une douleur désespérante, je lui briserais tous les os, la « puta madre que la pario ». [i] Elle tourne le dos et me dit de travailler mes triceps. MAIS JE N'AI PAS DE TRICEPS !!!!....Et si elle ne veut pas que je m'écrase au sol, qu'elle ne me passe pas les putains de barres ou toute autre chose qui pèse plus qu'une feuille de papier.......Je me suis évanoui sur la bicyclette et réveillé sur le lit de camp de la nutritionniste, une fille de pute toute maigre qui me donna un cours d'alimentation saine, bien sûr ! La crétinissime n'a pas la moindre putain d'idée de ce qu'est mourir de faim. Pourquoi ne suis-je pas tombé sur quelqu'un de plus tranquille; comme un designer de mode ou une styliste ?

Samedi : Cette tarée de VANESA m'a laissé un message sur le répondeur avec sa petite voix impertinente  me demandant pourquoi je n'étais pas venu aujourd'hui. Au seul son de sa voix, j'eus envie de bousiller le mobile, mais je n'avais pas les forces suffisantes pour me lever, pas plus que de lever la télécommande de la télé, ainsi je me suis farci 11 heures consécutives de documentaires sur la 2.........putains d'oiseaux sautant de branche en branche.

Dimanche : Aujourd'hui je suis allé à l'église pour remercier Dieu que cette semaine se soit terminée. Je me suis agenouillé et n'ai pas pu me relever. J'en ai profité pour prier y demander que l'année prochaine, Maria Luisa m'offre quelque chose d'un peu plus amusant, comme un colmatage de racine dentaire, un cathétérisme ou une coloscopie.


iLe traducteur avoue sa difficulté pour rendre toute la puissance de cette rugueuse formule. « Je chie sur la mère qui l'a enfantée » a évidemment quelque chose d'un peu emprunté et de mièvre par rapport à la lumineuse densité de l'original. De plus les plus prudents peuvent se borner à un « me cago » encore bien plus sobre pour marquer son étonnement, son désagrément voire une pointe de colère, sans préciser évidemment l'heureux récipiendaire, qui peut être Dieu lui même. Dans le cas d'Angel c'est une grande colère, voire un désespoir.


PS: Merci à Maja Lola pour sa bienveillante supervision.

7 commentaires:

La condesa de Estraza a dit…

Paso por aquí como un cohete con la sola intención de saludaros, principalmente a la Maja Lola con un abrazo para ella, prometiendo que en breve me empaparé del blog, Chulo, segunda época.
Os enlazo al mío, bs.

La condesa de Estraza

el Chulo a dit…

gracias condesa de mi corazon,

ya sabes que aqui es tambien casa tuya.

un beso guapa

ludo a dit…

exuberante y jocoso. parecido a Wudy Jallen. ole Coro !

ludo

Maja Lola a dit…

Pues que asi sea condesa. Porque nuestro Chulo no rinde armas y a él no hay quien apacigue ... es una revolucion permanente.
Con el gusto de compartir contigo este saludo.
Y me parece necesario cuides con esmero a tu amigo coronel. Los hombres son asi : una doncella con cosas bonitas bien puestas en su sitio, atractivo y promesas y ...
ZAS ! Embobados hasta las narices.
Menos mal que los dolores musculares descubren la realidad.
Yo prefiero los del corazon : son mas profundos pero dejan mas preciosa huella.
Un saludo

el Chulo a dit…

mis dos reinas reunidas. un sueno, quizas un dia, en madrid supongo, porque me parece dificil sacar la condesa de madrid, zzzzzzzzzz

La condesa de Estraza a dit…

Sí, Chulo y Maja -¡vaya oareja de dos goyescos!- la condesa fue sedentaria y ahora es más bien un saco de patatas: me sacan de mi rincón y echo tallos hasta por la orejas.

La condesa de Estraza

Marc Delon a dit…

P'tainngggg !mais je l'avais pas vu ce post !
Bon enfin si permerso que hablo frances sobre este blog que devient muy snobimucho...

j'ai bien ri, surtout par le crescendo haineux qualifiant la mono de sport. Bravo à l'auteur ! aaaa ça fait du bien de rire un peu...

ça m'a rappelé un stage fait durant mes études de kiné au Grau du Roi : il y avait une kiné Allemande qui était magnifique, vraiment. Une grande blonde aux yeux verts, très féminine, toujours en talons et décolleté plongeant sur...
heu...non...finalement j'arrête là ça me fera peut-être un post un jour sur mon blog à moi !